Tourisme : acteurs publics de la culture et initiatives privées pour inventer une collaboration efficace au service de la culture

Tourisme : acteurs publics de la culture et initiatives privées pour inventer une collaboration efficace au service de la culture

Je développe une activité liant tourisme et culture, ce qui fait sens en Touraine. La partie chambre d’hôte tourne bien, aucun problème. La partie culturelle propose un lieu de résidence d’artistes plutôt musiciens, et pourrait se développer davantage si les mentalités évoluaient dans le secteur culturel : les caisses publiques pour la culture sont presque vides, ne peuvent accueillir de nouveaux investissements, que ce soit au niveau national ou au niveau régional.

Pourtant, nous avons besoin de culture et surtout nos artistes ont besoin de (sur)vivre à cette crise profonde qui touche tous les secteurs culturels, mais notamment le spectacle vivant (festivals supprimés en France etc…).

Alors il faudrait que les acteurs publics de la culture acceptent de se tourner davantage sur des initiatives privées pour inventer une collaboration efficace au service de la culture : je ne suis pas le seul mais j’ai réalisé sur mes propres deniers des investissements culturels (www.loiremusicacademy.com) qui doivent attirer en Touraine des musiciens en résidence.

Ce faisant j’évite de dépenser de l’argent public. Un coup de pouce dans la communication, permettrait d’offrir une meilleure visibilité sur les capacités d’accueil culturel.

Il y a les grands noms (Fontevraud) mais il y a aussi des relais privés qui densifient le maillage culturel permettant d’accueillir des musiciens dans d’excellentes conditions, professionnelles. Accueillir des stages de musique, notamment quand les conservatoires sont fermés, serait une bonne complémentarité public/privé. J’ai du mal à faire connaître mon outil, et la région pourrait à peu de frais me permettre de rentabiliser ma structure, pour en agrandir la capacité, voilà mon intérêt, mais l’intérêt de la région est d’offrir un cadre de travail idéal à des musiciens, soit de passage (résidence temporaire) soit à l’occasion des concerts produits par les structures régionales (hébergement + salles de travail+ restauration si nécessaire) au bénéfice de la région car ma solution est moins chère que toutes les autres et offre en permanence des salles de musique à disposition.

La fondation Dutilleux avec l’association Joyeux de Candes St martin vient de faire une masterclasse avec Tatiana Probst devant les élèves de Huismes, pour un coût de 100 €. Alors que jusque-là les rencontres qu’elle finançait coûtait la location d’une salle, transport accord et location de piano soit environ 1000 €. C’est un exemple. L’association Musique et Patrimoine de Chinon quand elle produit un choeur doit l’héberger à l’hôtel, ce qui lui revient plus cher que chez moi alors que chez moi en plus, ils peuvent répéter sans déranger la scène sur laquelle ils vont se produire qui a ses contraintes horaires alors que chez moi c’est plus souple, il n’y en a pas. Bref, je suis convaincu que mon outil peut et doit servir davantage aux structures publiques de la culture parce qu’elles apportent une solution bon marché dans cette période de contraintes budgétaires pesant sur la culture.

Ce faisant, des musiciens vont venir régulièrement en Touraine, et pour le plus grand bénéfice de la Touraine car ce sont aussi des touristes, des consommateurs etc…

Pour résumer : je demande que la DRAC, les organismes publics et para publics (les associations bénéficiant de délégations de communes ou de communautés de communes, recensent les acteurs privés de la culture sur leur territoire et les intègrent dans une coopération public / privé qui soit bénéfique aux uns et aux autres, et notamment aux artistes qui souffrent de la limitation des budgets. Ce qui me motive : devenir un acteur reconnu de la culture tout en étant un privé. je ne cherche pas l’enrichissement personnel, mais je peux faire fonctionner une structure à peu de frais qui soit utile à l’offre culturelle de ma région.

M. Bertrand P.
Chef d’entreprise

Les commentaires sont clos pour cet article